Vous êtes ici : Accueil Actualités Détail de l'actualité
[29-06-2020]
  • remarque rapport INRAE 30 juin 2020

Version PDF à télécharger en bas de tableau

 

Annexe 1 / Remarques techniques sur le rapport de l’INRAE grandes cultures.

 

 1ère lecture du rapport de l’INRAE – Quelques remarques –

 

Coût horaire : 22 -23 €/h et non 17 €/h

Le coût horaire retenu pour l’étude est de 17€ par heure inspiré du barème d’entraide. La version 2020 de ce barème d’entraide indique des coûts de 17 € à 25 €/h pour tenir compte notamment des temps improductif (un chauffeur n’est jamais à 100 % de son travail dans les champs). Le coût effectif retenu par bon nombre de responsable d’entreprise de travaux agricole (ETA) est de 22-23 €/h.

 

Obligation de rachat d’un train de matériel et endettement des exploitations

Examen pour les situations totalement en ACS (Agriculture de Conservation des Sols) ou TCS, Technique Culturale Simplifiée, la pratique qui représente de facto le plus grand nombre d’exploitations.

Si le glyphosate est interdit le céréalier devra investir dans un nouveau train d’outil.

 

Exemple d’un Gaec père fils, 2 associés 300 ha en grandes cultures en totalité en TCS (aucun labour) avec un tracteur de tête de 195 CV. Le passage au labour exige un nouvel équipement :

Tracteur supplémentaire de 230-250 CV : 150 000 €

Charrue 6-7 socs : 50 000 € et herse rotative (6 m) 50 000 € plus semoir combiné 30 000 €.

Achat de matériel neuf car l’offre d’occasion ne pourra pas satisfaire toutes les demandes.

 

De son côté, le matériel spécifique au TCS ne pourra plus être utilisé que sur une surface annuelle réduite : Semoir porté 6 m dents et disques utilisé pour le semis de 200 ha de cultures et 150 ha de couverts interculture. Ne sera utilisé que sur 57 % de la surface :  50 ha de culture de printemps (sorgho) et les 150 ha de couvert.

 

L’impact financier : Coût total d’équipement supplémentaire : 280 000 € (933 €/ha).

Même si on l’étale sur 15 – 20 ans la capitalisation de ce matériel (son autofinancement), représente 16 000 €/an (calcul sur 17,5 ans). Compte tenu des prélèvements sociaux et impôts il faudrait une augmentation de l’EBE de l’ordre de 28-30 000 €/an, soit 80-100 €/ha/an en plus.

 

Pour résister à la concurrence internationale les exploitations ont diminué leurs charges de mécanisation et évité, le plus possible, « l’achat de ferraille ». Le retour obligé au labour chez les TCS et ACS qui ne sont plus équipés va représenter une augmentation de 40 à 50 % de la charge de mécanisation (2). Le résultat moyen (3) sera donc quasi nul.

 

Le rapport INRAE intègre les surcoûts de matériel mais pas l’impact de son financement.

Quel banquier va financer 280 000 € de plus, ce dans une situation de lourde dégradation des marges et avec un résultat 2020 qui s’annonce très très maigre voir négatif au vu des rendements ?

 

En référence, extrait de « Références 2018 des entreprises agricoles du Grand Ouest » à lire ici.

(1)    Calcul moyen sur 726 exploitations de grandes cultures de l’ouest – centre ouest (SAU de 124 ha par exploitant) : amortissement moyen de 195 €/ha en mécanisation.

(2)    (3) Résultats moyen sur 726 entreprises : 118 €/ha en 2018

 

Information complémentaire ne figurant pas dans la 1ère version :

Actualisation 2019 : sur 870 entreprises :             184 €/ha amortissement moyen mécanisation

                                                                         139 €/ha de résultat courant

Document à consulter :

Jeunes Agriculteurs Jeunes Agriculteurs



Autres actualités
  • [25-11-2020]
    NOTIF SAFER du 16 au 22 novembre 2020... Lire la suite
  • [18-11-2020]
    NOTIF SAFER du 9 novembre au 15 novembre 2020... Lire la suite
  • [17-11-2020]
    Carte moisson : Commande groupée carburant 2021...
  • [18-10-2020]
    Dérogation CIPAN 2020 et contrôles 2019 2020 2021...
    Lire la suite
  • [27-08-2020]
    COVID et vendanges...
    Lire la suite

Actualités 1 - 5 / 42.
Pages ( 9 ) : [ 1 ] 2 3 4 5