Vous êtes ici : Accueil Actualités Détail de l'actualité
[06-12-2018]
  • Halte au matraquage, mobilisation 10 décembre

Mobilisation/ Le gouvernement semble, enfin, être moins aveugle sur la réalité de tous les jours au-delà des grands centres urbains. Avec le réseau FNSEA-JA, l’UDSEA et JA37 ont décidé de se mobiliser, lundi 10 décembre au matin, pour dire leur ras le bol, exiger l’arrêt des taxes et contraintes dans la production qui écrasent les revenus.



 

Retrouvez l'article à paraitre demain dans Terre de Touraine qui détaille les revendications agricoles.

Cliquez en bas de page.

Rendez-vous lundi à 10 h 30 à Chambray, Maison des Agriculteurs.

Fin de l'action à 13 h. Pas de casse croûte prévu. Venir en voiture car avec gyrophare, des déplacements sont prévus.

Nos revendications sur les charges, taxes (comme la taxe polution diffuse) tombent à point. Les ONG qui veulent nous imposer ces taxes et charges supplémentaires ont immédiattement réagis. Voir WWF ci-dessous.

 

 

Nos revendications en résumé

 

Halte au matraquage par dénonciation, mépris et intention de nuire

Nous en appelons à la responsabilité des pouvoirs publics pour faire cesser les sites accusateurs  comme ceux de Greenpeace, « Boucherie Abolition ».

Halte au matraquage par toujours plus de charges et de taxes 

Augmentation de la Redevance pour Pollutions Diffuses, séparation conseil/vente qui privilégie le dogme à l'analyse d'impact économique et agronomique et la concertation, Interdiction de tout Rabais, Remises, Ristournes, Impasses techniques... la liste des charges et contraintes nouvelles s'étoffe de jour en jour.

Nous ne comprenons pas ni admettons les charges nouvelles liées à la transition écologique.

Halte au matraquage de notre revenu par une politique insupportable des prix bas

Depuis trop lontemps nos produits ont été achetés à vils prix par une distribution hégémonique et maltraitante. La destruction de valeur, tout au long de la filière ne peut plus durer. Nos produits ont un prix et ce prix doit enfin se construire en marche avant.

Les débats des Etats Généraux ont abouti à une loi et à des ordonnances. Celles-ci doivent entrer en vigueur dès le premier janvier. Les agriculteurs méritent aussi un revenu décent.

L'agriculture est une activité en progrès permanent. Les agriculteurs ne rejettent pas la transition écologique par principe.

Mais la transition est impossible sans prix rémunérateurs, sans considération, sans confiance, sans espoir ni projet, et avec des frontières toujours plus ouvertes à des importations distorsives.

 

 

Encore un matraquage !


Notre cri de colère et nos revendications tombent à point. La preuve les ONG qui veulent imposer leur mode de pensée à l’agriculture et à la société ont immédiatement réagit :

Exemple de WWF : qui, habitude des ONG, donne des informations fausses sorties de leurs contexte.

- Extrait AFP -

Mobilisation de la FNSEA : le WWF France dénonce une instrumentalisation du climat actuel et appelle le gouvernement à ne pas sacrifier la santé des Français

Christiane Lambert a annoncé ce matin une mobilisation de la FNSEA dans les départements, ciblant les parlementaires, pour demander l’annulation de mesures, votées dans la loi alimentation ou en cours d’adoption dans la loi de finances, visant à réduire l’usage des pesticides et convertir notre modèle agricole vers l’agro-écologie. La FNSEA s’attaque à deux mesures : la hausse de la redevance pour pollutions diffuses qui s’applique aux produits phytosanitaires en fonction de leur degré de toxicité et la séparation du conseil et de la vente de produits phytosanitaires.

 « Ces deux mesures visent à réduire l’utilisation des pesticides et à financer la conversion de l’agriculture française vers l’agro-écologie. Elles ont été décidées dans un cadre démocratique et répondent à une attente sociétale forte des familles et des consommateurs. C’est en milieu rural, où sont mobilisés de nombreux Français, que l’exposition aux pesticides est la plus grande. N’oublions pas aussi que les agriculteurs sont les premières victimes des pesticides, comme en témoignent l’association Phytovictimes, le rapport de l’INRA de décembre 2017 et la décision du parlement de créer un fonds d’indemnisation des victimes des pesticides. (*)

Si le gouvernement cédait, ce serait un signal incompréhensible car cela ne répondrait à aucune demande des Français. Au contraire, cela se retournerait contre leur santé. Si les manifestants veulent notamment plus de pouvoir d’achat et moins d’impôts, ils ne veulent pas plus de cancers et de maladies de Parkinson pour eux et leurs familles.

Le WWF France dénonce une instrumentalisation du climat actuel et appelle le gouvernement à ne pas sacrifier la santé des Français. »

 

(*) Note UDSEA : Un mensonge de plus. Bien sur que les agriculteurs sont les plus exposés aux pesticides, comme les peintres le sont aux solvants !

Tous les chiffres montrent que le monde agricole vit plus longtemps. Les données indiquent que les ouvriers viticoles du Roussillon ont été surexposés. Mais les produits probablement concernés ont été interdit depuis. Les précautions prises aujourd’hui, les produits cancérogène certains (lindane) ou probables (malathion – diazinon) sont maintenant interdits.

Dans un article paru dans la France Agricole du 23 Novembre lien  une épidémiologiste, spécialiste de l'étude de la fréquence est des causes du cancer explique "Le risque de cancer n'augmente pas en France".

Document à consulter :

Jeunes Agriculteurs Jeunes Agriculteurs



Autres actualités
  • [12-12-2018]
    NOTIF SAFER du 3 décembre au 9 décembre 2018... Lire la suite
  • [10-12-2018]
    CARTE MOISSON - Ô DELICES D'AGNES...
    Lire la suite
  • [06-12-2018]
    NOTIF SAFER du 26 novembre au 02 décembre 2018... Lire la suite
  • [04-12-2018]
    CARTE MOISSON : Commande groupée carburant 2019...
    Lire la suite
  • [09-10-2018]
    Déclarations CIPAN 2018 ...
    Lire la suite

Actualités 1 - 5 / 45.
Pages ( 9 ) : [ 1 ] 2 3 4 5